CHICO MENDES

COUV heros terre OKGAB CG (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette semaine, mes livres "Des héros pour la Terre" et "Chico Mendes : "Non à la déforestation", publiés chez Actes Sud Junior, m'ont emmenée tout près de Toulouse au collège-lycée international de Colomiers pour rencontrer des élèves de cinquième.

Deux de leurs professeurs, Isabelle, documentaliste, et Kim-Loan, enseignante de français leur ont demandé non seulement de lire mes deux livres, mais aussi de chercher dans leur ville, dans leur village "des héros" qui s'engagent pour la défense de l'environnement et de recueillir des informations sur ces personnes dans l'optique de rédiger un portrait. 

C'est sur la base de ce travail effectué en amont que j'ai pu animer deux ateliers d'écriture pour deux petits groupes d'élèves. J'ai essayé de les amener à inventer leur "héros pour la terre", un personnage de fiction engagé dans la défense de l'environnement, et à en brosser le portrait.

Colomiers3

Colomiers2

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai animé ces deux ateliers de façon très différente. Je n'aime pas me répéter. J'essaie aussi de m'adapter à ce que je sens, à ce que je sais parfois des élèves qui se trouvent en face de moi. La particularité des adolescents que j'ai rencontrés est qu'un certain nombre d'entre eux sont anglophones, souvent binationaux. C'est évidemment une richesse qui peut servir l'imaginaire. 

Il y avait aussi Tekla arrivée en France depuis peu, jeune Géorgienne qui a d'abord écrit dans sa langue avant d'oser le français. Un beau moment.

Colomiers1Pour moi, un atelier d'écriture est à chaque fois une expérience unique qui dépend de la relation que je réussis à établir avec les enfants, les adolescents ou les adultes avec qui je fais connaissance. Il y a des mots qui claquent dès le début, d'autres qui peinent à s'exprimer. Il y a des regards qui disent l'étonnement, la joie, le trouble, la complicité. Il y a souvent des personnalités qui se découvrent, des êtres qui prennent conscience de la richesse de leur monde intérieur et de leur capacité à mettre des mots sur des émotions, à raconter des histoires. Un atelier d'écriture est souvent magique. Les élèves d'Isabelle et Kim-Loan m'ont profondément émue par leur façon de jouer le jeu, de rester, stylo à la main, assis derrière le bureau quasiment trois heures dans le calme, l'écoute et le respect des autres.