Zou ! Le blog d'isabelle Collombat

mardi 6 septembre 2016

Des héros pour la terre

Dans un mois sort mon prochain livre, "Des héros pour la terre", aux éditions Actes Sud Junior. Série de portraits de gens ordinaires engagés dans des combats pour l’environnement. Les dessins d’Alain Pilon illustrent les textes de cet album.

14222208_649391018567863_5643258068605969581_n


mercredi 31 août 2016

"La mémoire en blanc" dans la liste des "Lectures pour collégiens"

9782364746688

Mon roman "La mémoire en blanc" figure parmi les nouveautés de la liste des "Lectures pour collégiens" répertoriées par le Ministère de l'Education nationale sur le site éduscol : "Un roman captivant sous la forme d'un thriller qui permet de faire découvrir un épisode affreux de notre histoire récente".

Dans sa liste de lecture pour la rentrée, le site recommande mon livre pour les élèves à partir de la classe de troisième.

jeudi 4 août 2016

François, pâtissier royal

IMG_20160804_0001

 

J'ai reçu aujourd'hui dans ma boîte aux lettres les premiers exemplaires de "François, pâtissier royal", BD qui paraît aux éditions Klett Verlag. J'en ai écrit le scénario et les dialogues. Les dessins sont signés Zanzim.

Cette BD est destinée aux jeunes qui apprennent le français langue étrangère.

Résumé : 1656. Fils d’un artisan-paysan, né en 1643, François quitte la campagne et sa famille pour apprendre le métier de pâtissier-traiteur chez Jehan, un ami de son père installé à Paris. D’abord apprenti, il devient un compagnon à qui son maître transmet sa boutique… et donne sa fille. Le succès vient le jour où François commence à inventer des pâtisseries, le mille-feuille et le fraisier notamment. Un ancien pâtissier de son maître conteste son invention, ce qui n’empêche pas la réputation de François d’arriver aux oreilles du roi Soleil en personne. 

Thèmes : Histoire de France, Louis XIV, gastronomie, vie quotidienne aux XVIIème et XVIIIème siècles.

IMG_20160804_0002

 

Capture d’écran 2016-08-04 à 14

mercredi 6 juillet 2016

Des héros pour la terre

J moins trois mois pour mon prochain livre, un documentaire, qui sortira aux éditions Actes Sud Junior :

Des héros pour la terre

Voici un résumé à lire sur le site de l'éditeur :

"Partout sur la planète, des hommes et des femmes se battent pour protéger l’environnement. Malgré les conséquences désastreuses et visibles du réchauffement climatique, leur lutte est souvent une course d’obstacles. Ils doivent surmonter l’égoïsme, l’indifférence, le mépris, la lâcheté ou la paresse de leurs concitoyens et des responsables politiques. La plupart n’ont pas d’autre choix que de défendre leur terre, leur eau, leur forêt. Leur survie en dépend. De la Tasmanie à la Chine, Du Gabon au Chili, cette galerie de portraits illustrée avec un humour grinçant par Alain Pilon évoque les nombreuses menaces provoquées par la course au profit et à l'exploitation intensive des ressources. Des exemples nécessaires."

Le site intenet d'Alain Pilon.

samedi 11 juin 2016

C'était la dernière séance

20160414_190008

Quartier de Gerland. Dernières séance de l'atelier d'écriture à la cité scolaire internationale de Lyon avec une classe de troisième. Très émouvant de lire le texte d'Anna devant la classe. Son écriture fraîche et vive, des passages tout à fait justifiés en anglais, son autre langue. Puis son regard étonné et sensible. Ses petits hochements de têtes. Puis plus tard, les visages attentifs des garçons au fond de la pièce. Un d'eux témoigne : il n'aime pas spécialement ni lire ni écrire et, au début, cela a été dur de s'y mettre, de trouver l'inspiration puis de se lancer et, finalement, il a écrit une histoire , inventé un personnage et il est heureux de ce qu'il a pu réaliser. Un autre se félicite des séances au CHRD, le centre d'Histoire de la résistance et de la déportation où ils ont eu accès à une masse d'informations et de documents. Une fille reconnait qu'elle n'a pas toujours eu l'inspiration, mais qu'elle a apprécié ce travail sur la longueur.

Je leur dis qu'ils peuvent être fiers du travail accompli, de leur implication dans cette expérience littéraire que nous avons réalisée

20160513_104038

ensemble, eux et nous, les adultes, leur prof Lise et moi. Quelle chance d'avoir pu mener ce projet !

Marie a créé un blog sur lequel elle va rassembler tous leurs textes. Près d'une centaine de pages qu'ils ont illustrées avec des photos ou des dessins qu'ils ont faits eux-mêmes.

L'atelier d'écriture donne souvent lieu à un petit miracle. L'espace d'une heure ou deux, quelque chose se passe. On se dit des choses qu'on ne dit pas ailleurs sur les histoires, les mots, la littérature, la vie.

Puis, après, c'est l'heure du goûter. Chacun a amené quelque chose, a fait un gâteau. Moi, je suis venue avec de la limonade artisanale que je leur ai achetée en souvenir d'une autre rencontre il y a quelques années dans le Jura. Ce jour-là, il y avait un buffet sur la terrasse au milieu de la verdure et une prof de français m'avait invitée à rencontrer ses élèves de lycée professionnel. Un autre très beau moment également que je n'oublie pas !


vendredi 10 juin 2016

Jour de foot. Le foot et moi

Une des nouvelles de mon recueil PARTIR parle de foot, d'une famille en crampons qui s'y adonne en totalité et d'un jeune garçon qui se fait ratiboiser par un joueur de l'équipe adverse.

La nouvelle s'appelle Tête de traître.

20160610_084931

Le foot est venu à moi avec le journalisme. Lille, Ecole Supérieure de Journalisme, option radio. Je dois assister à des matchs et les commenter en direct. Terrible. Apprendre les règles en résumé, les subtilités du hors jeu, la loi des tirs au but et des cartons jaunes ou rouges, c'est selon. Et aussi le bonheur dans les tribunes, au milieu des supporters rouge et or du RC Lens ou avec les rouges et blancs du Losc. Ou dans les zones réservées aux journalistes pour les retransmissions. Entendre les reporters expérimentés s'enflammer pour un but, une action ou une main qui s'égare. Plus tard, le foot m'a rattrapée alors que j'étais devenue une journaliste professionnelle en Lorraine. Interview des joueurs de l'AS Nancy Lorraine ou FC Metz, de leurs dirigeants, de leurs entraîneurs. Faire une collection d'expressions "On prend les matchs comme ils viennent". Puis les surprises de la Coupe de France : reportage au bord des terrains des petits poucets qui ont éliminé des grands et rêvent d'un saladier en argent plus grande qu'eux. Puis la Coupe du monde 98. La joie et l'insouciance dans les bars, dans la rue, partout.

Aujourd'hui, seul le foot des petits garçons dans la cour de récréation est exaltant. L'engagement des arbitres reste touchant aussi. Il faut y croire pour aller le week-end risquer sa peau sur un terrain. Et les éducateurs qui défendent une idée du foot comme un collectif. Partage et solidarité. Des valeurs de résistance.

Le reste inspire trop souvent la nausée. Trop d'enjeux, de paradis fiscaux et de vulgarités. Même les héros sont démasqués, sont abîmés à force de dribbler avec les millions. Ils ne sont pas nombreux les anciens champions du football à s'être mis au service des autres, à avoir investi leur vie dans autre chose que les boîtes de nuit, les sociétés lucratives, les fonds de pension et leur ego sur dimensionné. Il y a heureusement des joueurs comme Hervé Revelli. J'espère ne pas me faire lyncher par les supporters de l'OL, moi qui habite à Lyon. Car Hervé Revelli est un ancien de Saint-Etienne, club rival des Lyonnais synonyme de derby dangereux. Il suffit parfois de pas grand chose pour se faire traiter d'ennemi. Une veste un peu trop verte et donc un peu trop stéphanoise. Ex meilleur buteur de l'AS ST Etienne à la grande époque, il y a quarante ans, Hervé Revelli, 69 ans, est devenu coach pour demandeurs d'emploi (cf l'article du Progrès). En 2015, il en a aidé 87 à retrouver un emploi. Un beau score !

Posté par isacollombat à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 3 juin 2016

Atelier d'écriture et crumble aux pommes

Avant-dernier atelier d'écriture aujourd'hui avec les 3°5 de la Cité scolaire Internationale de Lyon. Je rentre enthousiaste et heureuse. Plus nous avançons et plus nous progressons ensemble, les élèves, leur prof Lise et moi.

Les collégiens doivent écrire une histoire qui a lieu à Lyon pendant la deuxième guerre mondiale selon des consignes que je leur fixe à chaque rencontre et dans un cadre établi par Lise dès le départ. Ils ont également participé, parallèlement à nos séances, à des rencontres organisées spécialement pour eux au Centre de la Résistance et de la Déportation. Ils ont pu se documenter et avoir accès à la base d'information exceptionnelle que leur offre le CHRD.

Capture d’écran 2016-06-03 à 15

Lise et moi, nous avons mis la barre très haut pour cet atelier. Mais les élèves sont en passe de réussir le défi haut la main. Je suis très impressionnée par leur implication dans le projet et par la qualité de leurs travaux. Tous ne sont pas des passionnés de l'écriture, mais tous s'y essayent. Je les avais prévenus que nous tentions une expérience ensemble. Une expérience dont nous ne connaissions pas complètement l'issue, mais dont nous savions qu'elle devait aboutir à des textes. A l'heure qu'il est, ils peuvent déjà être fiers de ce qu'ils ont accompli. Ils ont construit des personnages, élaboré la trame d'une histoire, réfléchi à ce que fut la résistance, la collaboration, la guerre, la déportation, etc.

Pour moi, un atelier d'écriture, c'est toujours une aventure. Comment la mayonnaise va-t-elle prendre ? Est-ce que mes interlocuteurs vont être réceptifs à ce que je leur dis ? Est-ce que je vais être capable de les emmener avec moi dans ce travail d'écriture ?

Je suis très satisfaite de cet atelier avec Lise et ses élèves. C'est une grande joie de voir qu'à chaque fois l'intérêt va crescendo. En plus aujourd'hui, notre atelier s'est révélé particulièrement gourmand. François, un des garçons de la classe, avait eu la bonne idée de faire un délicieux crumble aux pommes pour nous aider à traverse ce temps d'intense concentration collective.

jeudi 2 juin 2016

Cherche lieu pour réfléchir ensemble

La presse et la vie, de manière plus générale, sont riches en ce moment de réflexions de gens qui se demandent comment faire pour changer les choses et qui pointent ce qui ne va plus aujourd'hui et qu'il faut donc transformer.

Ce matin, j'ai lu les propos de Laetitia Sheriff, une chanteuse et musicienne rock qui raconte les manifs et la violence policière dont elle a été témoin à Rennes dans un article des Inrocks. A la fin du papier, elle dit  :

“Ces jeunes voulaient juste un lieu pour se réunir et réfléchir ensemble. Si on ne dispose plus d’endroit pour se rassembler, échanger, réfléchir ensemble alors que nous reste-t–il ? La télé ? Il ne peut pas y avoir que l’assemblée nationale comme espace citoyen. Moi, tous les jours dans ma pratique artistique j’ai besoin de faire quelque chose qui donne du sens à mon existence et ça passe surtout par être avec les autres.” 

Posté par isacollombat à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 30 mai 2016

Manosque

Capture d’écran 2016-05-30 à 09

Retour à Lyon cette semaine après un déplacement à Manosque la semaine dernière. Je me suis rendue à l'invitation de l'association éclat de lire qui organise dans les collèges et lycées des Alpes de Haute-Provence le Prix littéraire des adolescents du 04 et qui avait sélectionné mon recueil de nouvelles PARTIR ( la sélection comprenait douze livres : romans, BD, album, poésie et nouvelles). Une classe s'est d'ailleurs inspiré de certains de mes textes pour réaliser des couvertures de livres. 

Mais c'est Fugueuses, le roman de Sylvie Deshors qui a finalement obtenu le plus de suffrages.

 

20160526_121107

20160526_121127Cependant, je n'ai pas été déçue de mon voyage dans le sud de la France. Non seulement j'ai été très bien accueillie, mais j'ai aussi été très gâtée. Je suis revenue avec plein de cadeaux et les rencontres que j'ai faites là-bas m'ont ravie. C'est revigorant, dans la morosité ambiante, d'observer l'engagement et la passion d'hommes et de femmes (surtout de femmes) au service de la jeunesse et de la culture. 

20160526_121058Des responsables associatifs, des bénévoles et des profs qui ne relâchent pas leurs efforts pour faire découvrir les livres aux plus jeunes, pour faire vivre aussi les liens entre les générations. Avec Sylvie Deshors et Jean-Christophe Tixier, autre auteur invité, nous avons pu assister au spectacle qu'une classe de troisième a créé à partir de tous les livres de la sélection. Puis, nous avons répondu aux questions de nos lecteurs lors d'une table ronde animée par trois lycéens de seconde.

vendredi 20 mai 2016

Rencontres d'Apt


Comme pour toute rencontre, il faudrait pouvoir se présenter devant une classe sans appréhension ni attente particulière. Débarassé de toute représentation, libéré de son imagination. Paysage nu prêt à se remplir des regards et des corps, des couleurs et des mots qui émergeront et qui créeront en nous un nouveau territoire, une histoire inédite.20160520_112617


Cela s'est passé ce matin à Apt, dans le Vaucluse, où je participe depuis mercredi à une manifestation intitulée "Engageons-nous en littérature".

20160520_114527Dix-sept auteurs, des romanciers et despoètes, ont répondu à l'invitation de l'association "Le Goût de Lire en Pays d'Apt" dans le cadre du 5ème salon du livre de la ville.

20160520_120740

20160520_113556

20160520_113840J'ai donc rencontré aujourd'hui des collégiens de troisième et de cinquième pour parler de mon livre "Janusz Korczak : "Non au mépris de l'enfance" paru dans la collection Ceux qui ont dit non chez Actes Sud Junior et j'ai apprécié l'échange que nous avons eu. J'espère qu'à eux aussi notre discussion a apporté quelque chose. Je remercie leurs enseignantes pour avoir su les préparer à cette rencontre et leur avoir permis d'être là présents et investis dans le moment.

A la fin d'une des discussions, la voix d'une jeune fille a surgi : Est-ce que vous croyez à l'amitié entre un enfant et un adulte? J'ai trouvé la question très belle. Elle montrait que la collégienne ne s'était pas contentée d'être là physiquement, docile et sage sur la banc. Elle avait écouté et réfléchi. 

Hier aussi, j'ai rencontré en compagnie de l'écrivain Ysabelle Lacamp des élèves d'ULIS du collège d'Apt et de celui d'Isle sur la Sorge. Ces élèves d'Ulis sont des enfants âgés de 12 à 16 ans qui présentent des troubles de l'apprentissage. Parler à voix haute, poser une question devant tout le monde, tout cela est, pour eux, un peu compliqué, mais ils l'ont fait, très bien fait. Leur sérieux m'a touchée. Leur présence et leur implication aussi. Est-ce que j'ai été à la hauteur ? Je ne peux que l'espérer. J'ai su plus tard qu'une jeune fille n'avait pas pu accompagner sa classe parce que la faire se déplacer est un difficile, qu'il faut plus des adultes disponibles pour elle et qu'on n'a pas trouvé de solution pour lui permettre de venir. Cela m'attriste.

20160520_112603

20160520_112613

20160520_114912

 

 

Il y a eu aussi hier une rencontre avec la classe de sixième du collège d'Apt, une classe baptisée CHICO MENDES du nom de de ce défenseur de l'environnement à qui j'ai consacré un autre livre de la collection Ceux qui ont dit non. Evidemment, avec eux, la discussion s'est engagée d'une autre façon. Mais là aussi, je remarque que les enfants ont voulu savoir comment je faisais pour que mes mots se traduisent en actes. Ils voulaient que je leur fasse part de mon expérience très concrète d'écrivain, de femme, d'adulte, de maman. Je remarque, après coup, après l'appréhension du moment quand on se demande si l'on va réussir à bien répondre à toutes les questions, que ces moments sont uniques et que c'est une grande chance d'avoir cette opportunité de partager avec des enfants, des ados, des jeunes ce qui est pour moi, pour nous si essentiel dans l'existence.

Aujourd'hui, j'ai vu les panneaux que ces élèves de sixième avaient réalisés et qui font partie d'une exposition présentée à la cité scolaire. J'ai été très touché par leur travail et celui de leurs camarades des autres classes, textes, dessins, réalisations artistiques, films, à partir des livres de la collection ceux qui ont dit non.

20160520_111819

20160520_111416

20160520_111438

 

20160520_111736

20160520_112539

 

Je suis très reconnaissante à Murielle Szac, la directrice de la collection, de m'avoir embarquée dans cette aventure, dans ce collectif d'écrivains qui se retrouvent autour de valeurs très fortes, autour du NON.

20160520_112635

20160520_113219

 

20160520_113233

 

20160520_112650

20160520_112701

20160520_112708

 

 

 

20160520_111606

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En découvrant ce qui a été accompli dans les cité scolaire d'Apt et dans les autres établissements de la région ces derniers mois, je me vois pousser des ailes. Tout ce temps, toute cette énergie que je consacre comme les autres auteurs à l'écriture prend tout son sens. De quoi être encouragé, de quoi se dire qu'il n'est pas temps d'abandonner, mais de s'accrocher. Douter, oui, mais sans jamais baisser les bras.